EntrepriseRentable.com http://www.entrepriserentable.com Blog de conseil et d'aide à la création et à la gestion d'entreprise Mon, 11 Nov 2013 12:22:53 +0000 fr-FR hourly 1 Comment définir un BON objectif pour votre entreprise http://www.entrepriserentable.com/2013/10/15/comment-definir-bon-objectif/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=comment-definir-bon-objectif http://www.entrepriserentable.com/2013/10/15/comment-definir-bon-objectif/#comments Tue, 15 Oct 2013 11:12:48 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=420 Il me semble intéressant de reparler de la définition des objectifs pour une entreprise. Avant de rentrer dans le détail je voulais rappeler deux petites choses. Il faut distinguer deux types d’objectifs, les objectifs à court terme et les objectifs à long terme. Il faut définir ces deux types d’objectifs pour pouvoir avancer rapidement et pas seulement l’un des deux. Le secret d’un bon objectif réside en deux points: Précision et Timing.

 

Précision

Un objectif doit être précis. C’est une chose que l’on a tendance à bien souvent remettre en cause mais plus un objectif va être précis, plus facilement il sera atteignable car notre avancée vers celui-ci sera mesurable, quantifiable.

Il s’agira donc de ne pas dire « il faut que j’augmente mon nombre de client » mais « il faut que j’obtienne 10 nouveaux clients » par exemple. En effet, ne pas avoir d’objectif précis apparait contreproductif car l’on ne sait pas à quel niveau on se situe lorsque l’on tente de l’atteindre.

Cependant, avoir un objectif précis ne sert à rien s’il n’est pas arrêté dans le temps. Gagner 10 nouveaux client oui, mais si ce doit être fais en 1 semaine ce n’est pas là même chose qu’en un mois!

Timing

La définition d’une durée nécessaire pour atteindre vos objectif est aussi essentielle et indispensable que la précision de ce dernier. En effet, Obtenir 10 nouveaux clients peut sembler être un bon objectif mais si une limite de temps n’est pas clairement définie vous aurez tendance (tendance naturelle chez la plupart des gens) à repousser la deadline de votre objectif de quelques jours, puis quelques semaines, puis quelques mois… Au final vous aurez passé du temps à définir un bon objectif mais vous aurez échoué à l’atteindre parce qu’il n’était pas arrêté dans le temps.

Définir une date précise à laquelle vous devez vous retourner vers votre objectif et voir s’il a été ou non atteint est indispensable.

Suivre et réviser ses objectifs

Une fois que vous avez définis un objectif précis et arrêté dans le temps vous vous devez de regarder si la poursuite de ce dernier est sur la bonne voie ou non. Pour se faire, revenez régulièrement vers vos indicateurs de progression et comparez le temps passé pour arriver à ce niveau et le temps qu’il reste avant de réussir ou non à tenir votre objectif.

Une fois que cela est fait, posez-vous la question de savoir si vous êtes en bonne voie pour l’atteindre ou non. Si oui, alors ne changez rien! Gardez votre cap et, sauf intempéries sur le parcours, vous devriez être en mesure de l’atteindre. Si au contraire vous estimez qu’il va être difficile à atteindre posez-vous des questions sur les causes de ce décalage entre vos prévisions et vos réalisations. Est-ce dû à un manque d’implication de votre part? Quelque chose que vous n’avez pas anticipé au départ? Certaines choses prennent plus longtemps que prévu?

Si cela est dû à un manque d’implication ou à quelque chose que vous pouvez améliorer et que vous auriez dû améliorer dés le départ, ne changez pas d’objectif, changez votre manière de procéder pour l’atteindre. Si en revanche l’atteinte de votre objectif est liée au fait que vous avez été bien trop ambitieux dés le départ, pensez à potentiellement le revoir. Je dis potentiellement car il faut être honnête, quand on est face à son objectif et qu’on se rend compte qu’il sera plus difficile que prévu de l’atteindre une tendance toute naturelle nous vient de se dire qu’il n’était pas atteignable plutôt que de chercher des raisons autres, notamment liées à ses propres défaillance.

 

En conclusion, je vous recommande de ne jamais perdre de vue ces deux composantes indissociables de la définition d’un objectif, qu’il soit personnel ou professionnel. Utilisez ces deux règles à chaque fois, et vous verrez que vous atteindrez plus vite et plus facilement vos objectifs. Ensuite, vous verrez que cette démarche se fera inconsciemment et que vous n’aurez plus besoin de vous poser toute ses questions.

Sur ce je vous dis bonne chance pour vos projets et à bientôt sur EntrepriseRentable!

]]>
http://www.entrepriserentable.com/2013/10/15/comment-definir-bon-objectif/feed/ 8
Bonne nouvelle: c’est la reprise! http://www.entrepriserentable.com/2013/10/09/bonne-nouvelle-cest-la-reprise/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=bonne-nouvelle-cest-la-reprise http://www.entrepriserentable.com/2013/10/09/bonne-nouvelle-cest-la-reprise/#comments Wed, 09 Oct 2013 17:13:24 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=724 Comme vous l’avez sans doute vu, ce blog n’a pas été mis à jour depuis malheureusement bien longtemps. Mon travail actuel m’ayant accaparé une très grande partie de mon temps, je n’ai pas pus trouver de temps libre afin de pouvoir vous proposer de nouveaux articles. Les vacances de cet été ont aussi été plus consacrées au repos qu’à l’écriture et par conséquent, vous avez pus le voir, aucun article n’a été posté depuis Mars 2013.

Mais comme on le dit généralement le premier Janvier, nouvelle année, nouvelles résolutions!

J’ai donc décidé de reprendre en main ce blog et son contenu afin de pouvoir continuer de vous proposer toujours plus de contenu concernant l’entreprise et l’entrepreneuriat.

J’ai d’ores et déjà un bon nombre d’articles à écrire ou à finir d’écrire ce qui va pouvoir vous occuper pendant quelques mois.

 

En dehors des articles, mon activité sur ce blog revêtira aussi deux autres aspects qui à mon sens sont très importants.

1- Une réponse rapide aux commentaires: Je tâcherai de répondre rapidement aux commentaires postés, ce que je n’ai pas fais en temps et en heures durant les mois derniers.

2- La parution de guides pratique: Je finalise actuellement la rédaction de plusieurs guides que j’espère pouvoir vous mettre à disposition mi-Novembre pour le premier « Structurer pas à pas son projet »  et vers le fin du mois de décembre pour le second (« Réaliser facilement son étude de marché »). Un troisième guide consacré au business plan verra le jour en début d’année 2013.

 

N’hésitez pas non plus à me contacter, via le formulaire de contact ou bien par le biais de commentaires, afin de me faire part de vos envies, et des sujets que vous voudriez voir traités sur ce blog.

 

J’espère que vous êtes aussi content que moi de cette reprise et je vous dis donc à très bientôt!

Henri.

 crédit photo: http://www.photo-libre.fr
]]>
http://www.entrepriserentable.com/2013/10/09/bonne-nouvelle-cest-la-reprise/feed/ 3
Vous avez un nouveau projet? Lancez-vous! http://www.entrepriserentable.com/2013/02/21/project-analyze/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=project-analyze http://www.entrepriserentable.com/2013/02/21/project-analyze/#comments Thu, 21 Feb 2013 15:01:25 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=654 Vous voulez lancer votre projet mais vous n’êtes pas encore sûr de sa réussite future? Cet article devrait vous intéresser.

Il s’agit ici de démontrer que le meilleur moyen de faire de son projet une réussite est bien souvent de faire simple: vous lancer. En effet, faire des études de marché préalables et des business plans n’est pas dans tous les cas un impératif et ne garantie pas la réussite future de votre projet. Parfois il vaut mieux se lancer directement, et tester sur le terrain.

 

Se lancer rends votre projet plus fort

Tout d’abord, ce qu’il faut savoir c’est qu’il est aujourd’hui de plus en plus difficile de prédire les évolutions économiques et les évolutions sociétales qui conduiront les évolutions des différents marchés. Il y a beaucoup d’informations disponibles, beaucoup d’opinions contraires et donc peu de chance de se fixer sur une vision autre que moyenne lorsque l’on fait ces études.

Dans cette optique lancer directement votre projet vous amène une certaine crédibilité s’il fonctionne, et vous donne des informations pertinentes s’il ne fonctionne pas au début. Il faut toujours rester dans l’optique tester, analyser, changer, tester. Cette optique, c’est celle de l’apprentissage, et c’est à mon sens la meilleure manière de fonctionner.

Lorsque l’on regarde de plus près la façon dont les entrepreneurs fonctionnent, on peut remarquer qu’ils sont dans l’action plus que dans la réflexion. Ils ne se contentent pas de penser différemment, ils font différemment. Et ils agissent selon un mode assez simple mais terriblement efficace.

Premièrement ils n’ont pas forcément de but très précis à atteindre. Ils laissent ainsi toute latitude aux changements, ne se ferment pas de porte et donc se créent des opportunités.

Deuxièmement, ils ne sont pas focalisés sur le cash qu’ils doivent dégager. Ils sont bien plus centrés sur le niveau de perte maximum qu’ils sont près à accepter. Cela leur permet de savoir s’ils ont les moyens de continuer, de changer encore pour améliorer ou s’il vaut mieux abandonner le projet. Je ne dis pas qu’ils ne sont pas là pour faire de l’argent, bien au contraire, mais qu’au début ce n’est pas leur unique préoccupation. Ils sont concentrés sur le fait de rendre les choses pérennes et pour se faire, les développer au mieux.

Enfin, et cela devrait être applicable à tous les créateurs d’entreprise, ils ne cherchent pas la meilleure des solutions, mais se contentent des solutions qui fonctionnent même si elles ne sont pas optimales. Cela est, je pense le conseil le plus important. Même si cela parait potentiellement contre-productif, toujours chercher à mettre en place la meilleure solution est contre productif lorsque l’entreprise est en phase de lancement. En effet, dans tous les cas votre projet va changer, il y aura donc des besoins différents, et les solutions optimales d’aujourd’hui ne le seront plus demain. Alors plutôt que de passer du temps à chercher la solution optimale à tout, mieux vaut prendre directement une solution qui fonctionne, quitte à ce qu’elle ne soit pas optimale, et se concentrer sur autre chose. Vous gagnez du temps et de la réactivité et c’est ce qui fera de votre projet une réussite.

 

Comment faire pour se lancer directement

Nous allons ici nous concentrer sur la réalisation en tant que tel, partie qui sera plus concrète que la précédente.

Pour pouvoir vous lancer, sans forcément de moyens, sans forcément des ressources illimitées à disposition, gardez en tête six points importants.

1 – Utilisez ce que vous avez

Ne cherchez pas forcément à obtenir des financements tout de suite, des experts, ou tout autre chose que vous n’avez pas sous la main. Commencez avec ce que vous pouvez obtenir tout de suite et ce que vous savez faire ou pouvez faire.

Il s’agit ici de ne pas perdre de temps à chercher les choses. Faites avec les moyens du bord, et lancez-vous. Si vous ne le faites pas, les choses que vous n’avez pas resteront des obstacles au lancement de votre projet et au mieux vous ralentiront, au pire vous donneront l’excuse de ne jamais vous lancer.

 

2 – Ne bloquez que ce dont vous avez besoin dans l’immédiat.

Ne cherchez pas à obtenir plus que ce dont vous avez besoin tout de suite. Développez votre projet phase par phase et ne cherchez de nouveaux financements que lorsqu’une nouvelle phase se présente.

En effet, obtenir des financements est souvent long, et les investisseurs seront plus enclins à débloquer un financement en plusieurs parties qu’en une seule. Le risque est moins grand pour eux, pour vous aussi, et vous prouvez à chaque étape la viabilité de votre projet. Vous obtiendrez donc potentiellement plus vite vos financements futurs, et vous développez votre projet quant bien même vous n’auriez pas tous les financements nécessaires du début à la fin.

 

3 – Sachez quelles sont vos pertes maximum

Gardez en tête qu’il se peut que votre projet ne soit jamais rentable, que votre produit ne se vende pas etc. Dans tous les cas, gardez toujours à l’esprit la perte maximum que vous êtes prêt à accepter, et arrêtez votre projet si vous arrivez à cette limite.

Ne vous dites pas que si vous en mettiez plus ça marcherait, il se peut que oui, il se peut que non. Tenez vous en à votre feuille de route. Dans le cas contraire vous entrez dans la même spirale qu’un joueur de casino perdant, pensant se refaire à chaque fois en misant plus mais qui ne fait que s’enfoncer un peu plus chaque fois.

 

4 – Entourez vous de personnes impliquées

Gardez autour de vos des personnes impliquées dans votre projet. Quand je dis des personnes impliquées je parle des personnes qui apporteront plus à votre projet car elles y croient. Vous rencontrerez trois types de personnes qu’il convient d’identifier: celles qui feront vivre votre projet et qui veulent le voir aboutir, celles qui resteront indifférentes au devenir de votre projet, et celles qui feront en sorte qu’il ne voit pas le jour.

Tâchez donc d’identifier et de ne vous entourer que des personnes de la première catégorie. Dans le cas contraire, la réussite de votre projet pourrait être mise à mal.

 

5 – Gardez toujours un regard business

Ne vous laissez pas gagner par trop de sentimentalisme. Votre projet doit apporter quelque chose, doit au final rapporter de l’argent et vous contenter vous.

Tant que vous n’en avez pas les moyens, gardez à l’esprit que vous faites du business, qu’il se peut que ça rate, et que votre vie n’en dépendra pas. Un échec est toujours possible, mais se relever d’un échec est aussi possible. Alors si le projet stagne, si vous arrivez à votre perte limite, arrêtez.

 

6 – Ne soyez pas trop optimiste

Ne voyez pas trop grand, trop vite. Les choses doivent être vues au jour le jour. Votre entreprise est encore en lancement et donc fragile. Concentrez vous sur vos acquis et avancer pas à pas. Si les choses vont mieux que prévu tant mieux, capitalisez dessus, mais il est possible que les choses deviennent plus difficiles le lendemain alors ne relâchez pas vos efforts. Un excès d’optimisme peut vous faire ralentir le rythme et donc mener à l’échec.

 

En conclusion, le meilleur moyen de réussir votre projet est de vous lancer. On a vu beaucoup de projets parfaits sur le papier qui dans la réalité n’ont pas fonctionné. Ne cherchez plus d’excuse pour ne pas vous lancer. Commencez potentiellement petit, grandissez petit à petit. Testez, analysez, changez, apprenez, et re-testez.

J’espère que cet article vous aura donné envie de vous lancer et qu’il vous aura un tant soit peu aidé. N’hésitez pas à poser des questions en commentant, j’y répondrai avec plaisir.

Crédit-photo: http://www.photo-libre.fr 
]]>
http://www.entrepriserentable.com/2013/02/21/project-analyze/feed/ 19
Améliorer sa performance en changeant de secteur d’activité? http://www.entrepriserentable.com/2013/02/06/ameliorer-performance-entreprise/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=ameliorer-performance-entreprise http://www.entrepriserentable.com/2013/02/06/ameliorer-performance-entreprise/#comments Wed, 06 Feb 2013 10:00:38 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=652 Aujourd’hui, nous voyons de plus en plus d’entreprise cherchant à pénétrer de nouveaux marchés en dehors de leur secteur d’activité principal. Or si cela peut être pertinant pour certaines multi-nationales ou grandes entreprises, ce choix apparait bien souvent comme mauvais pour les PME de taille moyennes ou les très petites entreprises. Dans cet article, je vais tâcher d’expliquer pourquoi se lancer sur un nouveau secteur d’activité afin d’accroitre sa performance globale peut être plus une mauvaise qu’une bonne idée.

 

Oubliez le classique « Mauvaise industrie »

La première chose qu’il faut garder à l’esprit est que la différence de rentabilité entre les entreprises au sein d’une même secteur est bien plus importante qu’entre les secteurs eux-mêmes. Par conséquent, la question d’améliorer la rentabilité et l’efficience  de son entreprise plutôt que de développer une nouvelle activité doit être réellement discutée  avant de se lancer tête baissée dans un nouveau secteur apparaissant prometteur.

En effet, quelque soit le secteur, les entreprises tenant le haut du pavé restent toujours très rentables, et leur niveau de rentabilité reste stable entre les différents secteurs. Il y a donc de réelles opportunités qui restent à exploiter dans son secteur d’origine avant de vouloir en changer pour un autre qui semble plus « attractif ». Commencez donc pas évaluer les leviers présents au sein de votre secteur avant de penser à vous diriger vers un autre.

Il est vrai cependant qu’au premier abord certains secteurs apparaissent plus attirants que d’autres parce que d’apparence plus « simples », je pense aujourd’hui aux technologies liées à internet, ou bien à la téléphonie mobile par exemple. Cet aspect de simplicité n’en a que le nom. Si un secteur était plus simple qu’un autre ça se saurait, et si avoir une entreprise rentable et prospère dépendait du secteur d’activité ça ce saurait aussi.

Oui, il y a des secteurs d’activité qui sont à un moment donné plus actifs que d’autres, plus rentables que d’autres et dont la croissance est plus élevée que d’autres. Cependant, le problème réside dans le fait que les secteurs actifs aujourd’hui seront les secteurs moyens de demain, et redeviendront peut être les secteurs actifs ensuite. Tout cela appartient à un cycle plus ou moins bien définit, mais qui se vérifie: les secteurs à forte croissance d’aujourd’hui, ne garderont pas cette croissance sur le long terme et finiront par se mettre au niveau des autres secteurs, voir en dessous. Prenons le cas du secteur automobile, qui était il y a encore pas si longtemps un secteur d’activité florissant, et qui aujourd’hui ne l’est plus pour tout le monde mais où cependant, certaines entreprises tenant le haut du pavé s’en sortent à merveille.

Ainsi, deux problèmes vont se poser si une entreprise décide de se lancer sur un nouveau secteur d’activité:

Le premier problème réside dans les coûts liés à ce changement. En effet, il est peu probable qu’une entreprise ait les moyens et les compétences en interne pour pouvoir être aussi performante sur un autre secteur d’activité que sur son secteur d’origine. Il est faux de penser qu’une personne ou une société est performante par nature et peut donc l’être sur n’importe quel secteur d’activité. Par conséquent, cette diversification entrainera à coup sûr des coûts (formation, embauche, achat d’autres sociétés etc.). Or, comme dit précédemment, les secteurs finissent par obtenir une croissance moyenne et donc perdent potentiellement de l’attractivité. Si les efforts n’ont pas payés dés le départ, vous pouvez vous retrouver avec une activité moyenne dans un secteur qui sera redevenu avec le temps « moyen ».

Le second problème vient directement de la diversification elle même. En effet, en vous diversifiant vous mettez tous vos efforts à réussir dans ce nouveau secteur, d’autant plus si vous savez que ce secteur ne restera pas florissant indéfiniment. Par conséquent, vous délaissez potentiellement votre premier secteur d’activité. Et vous vous retrouvez en fin de compte, si jamais votre diversification ne se passe pas exactement comme prévu, avec deux activités moyennes, et qui plus est dans des secteurs qui peuvent vous paraitre « moyens ».

Remettez donc en perspective le premier paragraphe de cet article avec les risques énoncés juste au dessus. Pensez-vous qu’il vaille la peine de prendre tous ces risques pour changer de secteur alors même que les plus gros leviers de rentabilité se trouvent au sein même de votre secteur d’origine?  Ne pensez-vous pas qu’il vaille mieux se concentrer sur ce que vous savez faire, et l’améliorer plutôt que de vous lancer potentiellement à l’aveugle sur quelque chose de nouveau juste parce qu’aujourd’hui, ce secteur est plus actif que le votre?

Bien évidemment, la réponse est non. Il sera bien plus rentable pour vous de rester dans votre secteur d’activité et de gagner en rentabilité, de grappiller des parts de marché afin d’atteindre le haut du panier et profiter de rentabilitées finales qui n’auront rien à envier aux secteurs dits » florissants ».

Comment améliorer la performance de votre entreprise?

Concentrez-vous sur la croissance.

Là vous allez me dire oui, mais quelle croissance?

En effet, la croissance peut être de deux types: la croissance dite organique (représentée par l’augmentation des parts de marché de votre entreprise) et la croissance dite non-organique représentée par la croissance de la rentabilité, les économies d’échelle réalisées etc. Vouloir se concentrer sur les deux est souvent contre productif. Il est plus efficace de se concentrer sur un seul des deux types de croissance et ce pour des raisons évidentes de temps et de moyens que vous ne pouvez pas décupler à l’infini.

Maintenant, comment choisir sur quel type de croissance se concentrer?

Si votre entreprise est en développement, la rentabilité et la performance doivent être normalement assez hautes, ainsi il convient de se concentrer sur la recherche d’une augmentation des parts de marché. En effet, il s’agit ici de pouvoir atteindre une taille assez importante pour pouvoir ensuite se concentrer sur l’amélioration des performances de l’entreprise via des économies d’échelle, une amélioration de l’efficience et ainsi améliorer votre rentabilité.

Si au contraire votre entreprise possède déjà une place dominante sur son marché alors, il vaut peut-être mieux rechercher à améliorer ses processus, son efficience, et donc sa rentabilité.

Concentrez-vous sur ce qui vous différencie

Il s’agit ici de concentrer vos efforts sur ce qui fait votre force. Plutôt que de chercher à résoudre tous les problèmes, il vaut mieux améliorer ce qui fonctionne déjà.

Identifiez ce qui vous confère un ou des avantages vous permettant de croître. Concentrez vos moyens sur ces points là et laissez de côté le reste. Il s’agit ci de booster votre efficience, et pour ce faire, rien de tel que de se concentrer sur l’essentiel et non sur le superflu.  N’hésitez pas, si vous pouvez vous le permettre, à demander à vos clients ce qu’ils voudraient, pourquoi ils ont acheté votre produit, et ce qui vous donne l’avantage sur les autres. Cette façon de faire a été utilisée par de très grandes entreprises (je pense ici à Dassault Systèmes) pour ne citer qu’elle) avec d’excellents résultats!

 Donnez-vous des objectifs clairs

Vos objectifs principaux doivent être chiffrés et indépendants. Pour ce qui est de l’intérêt des objectifs chiffrés je vous laisse lire un article précédent que j’avais consacré justement à l’élaboration des objectifs.

La nouveauté ici c’est cette notion d’indépendance. En effet, ces chiffres ne doivent pas être liés uniquement à votre activité mais aussi à celle de vos concurrents à votre marché. Ainsi, votre part de marché effective est un bon moyen d’évaluer votre progression, là où l’augmentation de votre nombre d’unité vendue ne l’est pas car même si vos chiffres augmentent, si ceux du reste du secteur augmentent plus, c’est que vous ratez quelque chose.

 

Ainsi, avant de vous dire que vous devriez vous lancer dans un autre secteur que le vôtre parce qu’il semble plus actif, posez vous deux fois la question. Avez-vous déjà exploré toutes les pistes au sein même de votre secteur? Est-ce vraiment une bonne solution? Avez-vous les moyens d’être aussi performant dans un autre secteur que le vôtre?

Toutes ces questions doivent être étudiées en profondeur, parce que les conséquences de votre diversification peuvent malheureusement être très négative pour votre entreprise.

 

Credit Photo: One Way Stock
]]>
http://www.entrepriserentable.com/2013/02/06/ameliorer-performance-entreprise/feed/ 10
Les questions à se poser pour savoir quand renoncer à son projet http://www.entrepriserentable.com/2013/01/08/comment-savoir-quand-renoncer-a-son-projet/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=comment-savoir-quand-renoncer-a-son-projet http://www.entrepriserentable.com/2013/01/08/comment-savoir-quand-renoncer-a-son-projet/#comments Tue, 08 Jan 2013 13:35:43 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=626 La principale différence entre un projet qui réussit et un échec réside bien souvent dans des questions de timing et de persévérance. En effet, bien souvent les entrepreneurs à succès sont ceux qui ont su continuer alors même que la majorité des personnes aurait arrêté depuis bien longtemps. Cependant, ce n’est pas parce que l’on continue dans son projet que ce dernier va forcément se transformer en succès. Ainsi il est bon de pouvoir identifier le moment auquel il convient d’arrêter son projet et de stopper les pertes, plutôt que d’en engranger encore plus et potentiellement tout perdre. Pour se faire il s’agira d’analyser si effectivement il y a des chances d’en faire un succès s’il est continué.

 

Changer et continuer ou abandonner?

 La question est centrale, et aucun entrepreneur ne souhaite y être confronté un jour. Seulement, le risque est grand qu’à un moment ou un autre l’envie, ou la situation fasse que la question de tout arrêter se fasse ressentir, aussi grand que le fait d’être entrepreneur est difficile.

Afin de savoir si oui ou non le projet doit être abandonné il convient donc de se poser les bonnes questions. Il faut se les poser honnêtement et sans se laisser influencer par des facteurs extérieurs. Rester humble et honnête constitue le meilleur moyen d’appréhender ce genre de questions.

A mon sens, il ne faut pas se focaliser uniquement sur des aspects financiers, ou matériels. Il faut accentuer les questions de motivation, d’envie, de perception qu’ont les autres de votre projet etc.

Ainsi, posez-vous les questions qui vont suivre afin de pouvoir décider avec une plus grande maitrise de continuer, ou d’abandonner votre projet.

 

Les raisons de votre choix sont-elles toujours valides?

Ce doit être la première des questions que vous devez vous poser. En effet, lorsque vous avez élaboré votre projet, vous l’avez normalement fait en ayant analysé les raisons pour lesquelles vous souhaitez le lancer. Vous devez donc vous demander si suite à l’avancement du projet, ces raisons sont toujours valides ou si les modifications ont changé ces dernières et leur applicabilité.

La situation peut-elle empirer?

En effet, comme on se le dit souvent  »y a pire ». Demandez-vous donc si la situation dans laquelle vous vous trouvez actuellement est le plus bas et que vous ne pouvez que remonter ou bien si elle peut encore empirer. Si la situation peut s’empirer, demandez-vous alors quel est le point jusqu’auquel vous pouvez aller. Disposez-vous en d’assez de ressources pour pouvoir continuer le projet? Si oui, à partir de quel point il coûterait moins cher d’abandonner le projet et d’en recommencer un nouveau, sur de nouvelles bases que de continuer celui là?

L’attraction est-elle toujours là?

Il s’agit ici d’évaluer si votre projet est encore fédérateur. Demandez-vous si vous, et/ou vous équipe sont toujours motivées, s’il y a des raisons de s’inquiéter d’une perte de confiance envers le projet. Si votre projet décline de se côté là il convient de regarder s’il continue à déclencher de l’enthousiasme vis-à-vis des personnes extérieures, et s’il a réussit à convaincre des personnes qui de prime à bord étaient récalcitrantes. En effet, si votre projet commence à faire changer les personnes qui au départ y étaient opposées ou au mieux indifférentes alors il y a matière à potentiellement continuer les efforts.

Les deadlines critiques et les paliers clés ont ils été atteints?

Nous retombons ici dans une évaluation un peu plus terre à terre. En effet, demandez-vous si oui ou non vous avez su respecter les deadlines et les objectifs que vous vous étiez fixé. Votre projet doit normalement avoir progressé et des achèvements concrets (premier client, première version du produit…) devraient avoir été réalisés puisque vous y avez déjà consacré du temps. Il faut ici évaluer si le projet stagne ou continue de progresser et donc évaluer le potentiel de création et d’amélioration qui en découle.

 

Vous répondez postivement à toutes ces questions? Alors repenchez vous sur votre projet, réévaluez vos options et les moyens dont vous disposez pour atteindre vos objectifs globaux et continuez! Vous disposez toujours des éléments clés dans la réussite de votre projet, il serait donc dommage de s’arrêter maintenant, même si des difficultés se sont présenté et que tout ne se passe pas comme prévu au départ.

Vous répondez négativement à la majorité de ces questions? Il convient peut-être de sérieusement envisager l’arrêt du projet et ainsi limiter vos pertes. Même s’il est souvent difficile d’arrêter et de faire face à l’échec, il s’agit sans doute malheureusement de la meilleure solution.

 

J’arrête mon projet, et après?

Il ne faut pas se leurrer, l’échec est difficile à vivre. D’une personnellement et de deux vis-à-vis de ses proches et des personnes qui vous entourent. Il est facile de se laisser entrainer dans un cercle vicieux suite à un échec et les conséquences peuvent être grandes.

Afin de limiter l’impact de l’arrêt de votre projet, il convient d’en faire un allier. Comme je l’avait écris dans mon article L’échec, ou la modalité de la réussite, il faut le voir comme un appui. Il faut être capable d’en tirer des enseignements et de se poser les bonnes questions. En effet, un échec ne doit pas devenir une honte, je ne connais personne qui n’a jamais échoué dans sa vie, ou alors ce sont des personnes qui ne sont jamais sorties de leur zone de confort. Vous avez osé, vous avez tenté, vous faites donc partie d’une catégorie de personnes sachant ce qu’elle veutlent et sachant prendre des risques quand il le faut. Il faut donc en être fier. Effectivement, le résultat n’est pas là, mais mieux vaut vire avec la certitude d’avoir échoué plutôt que le regret de ne pas l’avoir fait.

 

Un échec est le moyen de pouvoir recommencer les choses d’une meilleure manière, d’une manière plus intelligente et efficace. Alors, réfléchissez, tirez en des enseignements, motivez vous et recommencez!


Crédit photo: http://www.photo-libre.fr
]]>
http://www.entrepriserentable.com/2013/01/08/comment-savoir-quand-renoncer-a-son-projet/feed/ 11
La routine comme arme de gestion du stress http://www.entrepriserentable.com/2012/12/27/la-routine-comme-arme-anti-stress/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=la-routine-comme-arme-anti-stress http://www.entrepriserentable.com/2012/12/27/la-routine-comme-arme-anti-stress/#comments Thu, 27 Dec 2012 17:07:23 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=593 Voici un sujet toujours brulant, et toujours aussi interessant: la gestion du stress.

La gestion du stress est une des problématiques de gestion d’une entreprise envers ses employés mais peut aussi s’appliquer à tout un chacun individuellement, et surtout à un entrepreneur. Oui, créer son entreprise et la développer est stressant et il se peut que ce stress devienne difficile à gérer voir contre productif. Il y a comme dans tous: du mauvais, comme du bon stress.

D’où vient le stress

Le stress peut venir de beaucoup de choses. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, le stress ne vient pas uniquement du respect des deadlines, d’une surcharge de travail ou d’une demande lourde; tout du moins pas uniquement.

Il est vrai que le travail génère du stress, beaucoup de stress dans la majorité des cas, mais ne stressons nous pas certaines fois de rentrer chez nous? Anticiper les courses, les lessives, le ménage… « Ca nous fatigue d’avance ». Et malheureusement, en plus de nous fatiguer, ça nous stresse.

Le stress provient donc bien souvent de la prise de décisions. En effet, prendre des décisions c’est envisager l’éventualité de se tromper, ce qui entraine un stress plus ou moins grand en fonction de la situation. Ce sont donc les périodes où beaucoup de décisions doivent être prise, et ce rapidement, que l’on est le plus stressé.

Ces prises de décision ne sont pas forcément toutes importantes, mais leur accumulation peut générer un stress bien plus grand que ce que représente ces décisions. Il s’agit donc de faire attention au stress lorsque l’on prend une décision importante, mais aussi lorsqu’il y a une accumulation de petite décisions censées être d’importance moindre.

La routine comme anti stress à long-terme

La routine permet donc de ne pas s’encombrer dans des prises de décisions qui ne sont pas importantes. Décider de ce que l’on va manger, de ce que l’on va acheter ou porter ne doit pas vous demander de réfléchir trop longtemps.

Vous pouvez très bien faire en sorte que vos courses et vos à côté soient routiniers, ainsi vous limiterez votre stress et pourrez mieux vous concentrer sur ce qui compte dans votre travail. En effet, ne pas se poser de questions quand à ce que l’on va manger, ce que l’on va devoir acheter, quel produit est meilleur que l’autre va permettre de limiter votre stress. Ainsi, une fois que vous trouvez quelque chose de bien, restez y, ne cherchez pas à tout comparer et à chercher mieux constamment.

Quand il s’agit de prendre une décision entre deux choix équivalents, si vous ne parvenez pas à vous décider tout de suite: tirez à pile ou face. Vous gagnerez du temps, et une fois que votre pièce se sera arrêtée sur un des deux choix, vous saurez bien souvent lequel vous préférez. Essayez cette petite technique et vous verrez qu’elle fonctionne.

Attention, il ne s’agit pas non plus de le faire pour tout, il faut aussi garder des moments non routiniers. Identifiez les moments qui vous génèrent du stress inutilement et tâchez d’en faire des moments de routine et ainsi ne plus vous poser de questions inutiles.

 

En conclusion, ce sont les situations de prise de décision qui génèrent du stress et ce même si ce sont des décisions qui peuvent paraitre insignifiantes. Ainsi, mettre en place une certaine routine pour ce type de décisions vous permet de limiter votre stress et  donc de garder la tête plus froide lorsqu’il s’agit de prendre une décision importante!

 

Credit photo: http://www.photo-libre.fr
]]>
http://www.entrepriserentable.com/2012/12/27/la-routine-comme-arme-anti-stress/feed/ 9
Le CrowFunding, solution de secours ou solution miracle? http://www.entrepriserentable.com/2012/12/12/le-crowfunding-solution-de-secours-ou-solution-miracle/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=le-crowfunding-solution-de-secours-ou-solution-miracle http://www.entrepriserentable.com/2012/12/12/le-crowfunding-solution-de-secours-ou-solution-miracle/#comments Wed, 12 Dec 2012 08:42:25 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=490  

J’étais en plein écriture d’un article sur le CrowdMarketing, quand est arrivé cette reflexion sur le CrowdFunding. Aujourd’hui le CrowdFunding est une forme de financement répandue, notamment suite au succès de MyMajorCompany. Mais le CrowdFunding est-il vraiment applicable aux entrepreneurs? Et si oui, sous quelles conditions?

 

 

 

Le CrowdFunding: Principe

Pour ceux qui ne connaitraient pas le principe du CrowdFunding, il s’agit, plutôt que de faire appel à un ou plusieurs investisseurs ayant des moyens conséquents, de faire appel à une multitude de personnes donnant de petits montants. La base est donc de faire appel à plus de personnes pour atteindre la même somme finale.

Autant pour des projets tels que les projets musicaux, voires des projets littéraires, le CrowdFunding apparait pertinant (ce sont les futurs consommateurs qui financent le produit et ils en feront sans doute eux-même la publicité) il me semble que pour un projet entrepreneurial il ne soit pas pertinant dans tous les cas.

 

Le CrowdFunding: un décalage

La principale différence entre un projet musical, littéraire, et un projet entrepreneurial est son évolution. En effet, une chanson ainsi qu’un livre resteront toujours les mêmes. Une entreprise a elle besoin d’une évolution et d’une adaptation constante. Et c’est là que le CrowdFunding pèche à mon sens en n’apportant pas ce suivit très appréciable, au moins durant les premières années de l’entreprise.

C’est un bon moyen de réunir une somme d’argent, mais ce que peut apporter un business angel ou bien un investisseur chevronné en termes d’expérience et de conseils, le crowdfunding ne le peut pas. Or c’est bien sur ces « à côtés » que l’entrepreneur doit insister. Personne n’est, et ne peut se dire, expert en tout. Il faut pouvoir être épaulé sur les sujets que l’on ne maitrise pas.

Or un investisseur vous épaulera, et ce gratuitement là où le CrowdFunding vous amènera à demander une aide extérieure, aide qui vous sera facturée. Ainsi il convient de faire son calcul préalable du montant dont vous avez besoin en intégrant ces paramètres si jamais vous tenez vraiment à faire appel uniquement à ce type de financement. Et si vous augmentez votre besoin, votre projet sera moins intéressant.

 

Le CrowdFunding: Une solution annexe

Cependant, le CrowdFunding peut être une solution annexe de financement qui représentera une part seulement de votre levée de fonds. D’une cela permet de profiter de cette levée d’argent tout en ayant aussi des personnes à vos côtés, et ensuite le CrowdFunding est souvent assez limité en terme de montant. En effet, les montants ne peuvent bien souvent excéder 100 000 euros.

Ainsi, il s’agit à mon sens d’une potentielle source de fonds supplémentaires, et non une façon unique de financer son projet.

 

En conclusion, je trouve le CrowdFunding interessant lorsque l’entrepreneur est déjà un minimum installé dans le sens où ses processus sont déjà en place. Le crowdfunding apparait comme une solution pour ceux qui veulent augmenter le montant des fonds levés mais ne constitue pas un moyen de financement unique à part entière.

Il convient donc de bien peser le pour et le contre lorsque vous souhaitez faire appel à ce type de financement, et de bien étudier tous les paramètres à prendre en compte.

 

PS: Si des lecteurs ont, ou pensent faire appel au Crowdfunding pour financer leur projet, je serai enchanté de discuter avec vous des raisons pour lesquelles vous l’avez/souhaitez le faire, et des points positifs et négatifs qui sont apparus.

 

Credit Photo: http://www.photo-libre.com
]]>
http://www.entrepriserentable.com/2012/12/12/le-crowfunding-solution-de-secours-ou-solution-miracle/feed/ 11
Servez-vous de vos concurrents! http://www.entrepriserentable.com/2012/12/02/se-servir-de-la-concurrence/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=se-servir-de-la-concurrence http://www.entrepriserentable.com/2012/12/02/se-servir-de-la-concurrence/#comments Sun, 02 Dec 2012 16:19:59 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=444 Produire une veille concurrentielle est une bonne chose. Cela permet de vous situer, et de situer le marché et ses évolutions principales. C’est un outil utile qu’il faut, à mon sens, mettre en place mais sans que cela accapare tout votre temps.

Cependant, cette veille concurrentielle a des bons comme des mauvais côtés auxquels ils faut potentiellement faire attention. Je commencerai, bien sûr, par les bons.

Une motivation supplémentaire

Observer le concurrence, surtout lorsque vous n’êtes pas le leader du marché permet d’accroitre sa motivation.

En effet, voir le succès précédent des autres amène à se dire que le succès peut nous arriver aussi. Il s’agit ici de représenter la concurrence comme une preuve que son projet n’est pas impossible et qu’il est possible de croître et ainsi de devenir, un jour, le leader de son marché.

De plus, la concurrence donne une motivation supplémentaire lorsqu’elle réagit. Il est possible de se dire que la réaction, plus ou moins forte, de la concurrence vis-à-vis de vous va amener à de plus grandes difficultées, que vous allez potentiellement perdre des clients et que cela ne sera pas si simple que prévu. Oui, la réaction des concurrents peut rendre plus difficile votre marche en avant, mais c’est surtout un excellent signe.

D’un vos concurrents vous ont remarqué, vous existez donc dans le marché à leurs yeux et vous existez donc auprès des consommateurs. Mieux, ils réagissent! Ils vous voient donc comme une menace, n’est-ce pas un beau compliment? Il ne faut donc surtout pas s’arréter en chemin, vous êtes très certainement sur la bonne voie!

Une façon d’arréter de perdre du temps

Un des autres intérêts d’observer la concurrence et d’identifier vos propres pertes de temps. Sauf si cela fait votre différence ou si l’identité de votre entreprise repose sur certains fais, voir que vos concurrents ne prennent pas le temps de faire certaines choses doit vous décomplexer. En effet, vous devez vous demander si ce que vous prenez le temps de faire vaut vraiment le coup et vous donne un réel avantage.

Si ce n’est pas le cas, alors pensez peut-être à l’abandonner. Concentrez-vous sur ce qui vous différencie! Ne perdez pas de temps, vous n’en avez déjà je penses pas beaucoup de libre.

N’ayez pas peur d’utiliser les même armes, si cela ne dérange pas vos clients, alors l’intérêt de perdre du temps dessus n’est pas forcément grand et vous pouve penser à arréter.

Un moyen de perdre l’essence même de son entreprise

Cependant, à trop regarder la concurrence on peut vite se perdre sur ses objectifs.

Devenir numéro 1 n’est pas un objectif, ce n’est pas une stratégie. Apporter de la valeur au consommateur, combler au mieux ses besoins sont de réels objectifs. Vous ne devez pas vous situer uniquement vis-à-vis de vos concurrents et votre objectif ne doit pas être uniquement de les battre. Vous devez mieux satisfaire votre clientèle, et une fois cet objectif remplis, alors votre place augmentera naturellement.

Laissez votre identité au centre de votre entreprise. Ne vous laissez pas distraire par de bêtes considérations de place. N’oubliez pas que ce qui vous fait gagner est d’apporter de la valeur à vos client, plus de valeur que les concurrents, pas d’apparaitre numéro 1 sur un classement.

A retenir

- Faire une veille concurrentielle est une bonne chose

- Prennez du recul sur votre façon de gérer votre activité

- Gardez toujours en tête votre objectif, ce qui fait votre entreprise

]]>
http://www.entrepriserentable.com/2012/12/02/se-servir-de-la-concurrence/feed/ 1
Comment assurer une présentation? Trois conseils simples http://www.entrepriserentable.com/2012/11/28/faire-une-bonne-presentation/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=faire-une-bonne-presentation http://www.entrepriserentable.com/2012/11/28/faire-une-bonne-presentation/#comments Wed, 28 Nov 2012 13:12:06 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=440
En tant qu’entrepreneur, vous allez être amené à faire des présentations, beaucoup de présentations, et devant des publics très différent. Ainsi, je me suis dis qu’il pourrait être intéressant d’écrire sur le sujet.

Faire une présentation doit être comme raconter une histoire, ça doit être fluide et simple à comprendre. Cette façon de procéder est une bonne façon de convaincre un auditoire. Et ne paniquez pas, même si faire une présentation est toujours un moment stressant il ne faut pas que le public le ressente. Montrez de l’assurance et de la confiance en vous!

Racontez une histoire

Impliquez-vous! Lors d’une présentation, même si celle-ci est très technique, commencez par raconter une histoire. Racontez un évènement, un exemple probant, quelque chose de simple et de pertinant.

L’intérêt est double. D’une vous interessez dés le départ votre auditoire (une histoire est moins ennuyeuse qu’une série de chiffre) ce qui est une bonne chose, et surtout vous les impliquez personellement. Chacun peux se reconnaitre dans une histoire, et ainsi la présentation que vous allez faire les touchera plus personellement. Ils y seront donc plus attentifs.

N’hésitez pas à revenir au cours de votre présentation sur votre histoire, ajoutez des détails supplémentaires au fil de votre argumentaire. Vous capterez une nouvelle fois plus intensément votre auditoire et vous pourrez même capter l’attention des personnes qui ont décroché ou qui sont sur le point de le faire.

Restez simple

Encore une fois, qu’il s’agisse de votre Business Plan, de votre étude de marché, ou vos présentations, restez simple.

Vos présentations prendront bien souvent la forme d’une présentation PowerPoint avec un nombre de slides plus ou moins grand. Ces slides doivent être concis, et ne comporter que les éléments clés de votre présentation. Il s’agit ici de retirer tous ce qui n’apporte pas de valeur: exit les animations, les logos en tout genre, les sons etc.  Les informations contenues dans vos slides doivent juste être un rappel des informations que vous voulez absolument que votre auditoire retienne.

La principale erreur consiste à faire de grandes phrases et à mettre beaucoup d’informations. En faisant cela vous oubliez le but de la présentation: que les gens vous écoutent. Vos slides ne sont qu’un potentiel appuis, ils ne sont là que pour supporter ce que vous dites. Si toutes les informations sont disponibles sur les slides, d’une ils seront difficiles à comprendre et surtout votre auditoire lira vos slides plutôt que de vous écoutez. Ainsi vous n’avez plus aucun contrôle sur le message que vous souhaitez faire passer.

Concernant votre discours, rester simple consiste à ne pas utiliser de jargon technique trop poussé. Même si votre auditoire est qualifié, restez toujours le plus simple et clair possible en évitant les termes techniques ou bien en les expliquant clairement dés leur première apparition. Les termes techniques rendent souvent votre présentation plus difficile à suivre et plus ennuyeuse.

Rester simple veut aussi dire rester concis. Vous le savez autant que moi, il n’y a rien de pire qu’une présentation qui traine en longueur mais il est quasiment impossible de respecter à la minute prêt votre timing (sauf si le timing est de l’ordre de quelques minutes). Tâchez de ne pas dépasser de plus de 20 minutes le temps initial de présentation.

 

Votre présentation doit être unique

Ce point est un point particulièrement important. Votre présentation doit être unique autant par le contenu que par la forme. Pour le contenu, je vous laisserai apprécier cela par vous même. Mais en ce qui conconcerne la forme je peux vous donner quelques conseils.

Bien sûr, il ne faut pas mettre d’animations, d’assortiments de couleurs criardes ou mettre des sons etc. Quand je parle de présentation unique je parle de ne pas utiliser les des codes trop faciles à anticiper (un cadenas pour la sécurité, etc.). Il faut que votre auditoire soit attentif. Ainsi, utiliser des symboles nouveaux, qui amèneront votre auditoire à se poser la question de leur signification au premier abord peut aider à garder l’intérêt du public, et les amener à mieux se concentrer sur votre discours.

 

En conclusion, Suivez ces trois points essentiels pour chacune de vos présentations et vous devriez vous en sortir avec brio. Et surtout ne vous angoissez pas, soyez confiant et ayez confiance en vos capacités. Après tout, si c’est vous qui présentez, c’est vous l’expert!

Credit photo: http://www.photo-libre.fr
]]>
http://www.entrepriserentable.com/2012/11/28/faire-une-bonne-presentation/feed/ 1
Pourquoi ne pas juste créer une To-Do List, mais aussi une Don’t Do List http://www.entrepriserentable.com/2012/11/21/pourquoi-ne-pas-juste-creer-une-to-do-list-mais-aussi-une-list/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=pourquoi-ne-pas-juste-creer-une-to-do-list-mais-aussi-une-list http://www.entrepriserentable.com/2012/11/21/pourquoi-ne-pas-juste-creer-une-to-do-list-mais-aussi-une-list/#comments Wed, 21 Nov 2012 18:00:48 +0000 http://www.entrepriserentable.com/?p=438 Cet article peut sembler un peu bizarre au premier abord. En effet, autant une To-Do List, tout le monde voit l’intérêt qui en découle et est familier avec son utilisation, mais une Don’t Do List peu de personnes l’utilisent.

 

La Don’t Do List: Un outil de concentration

La To Do List vous permet de vous focaliser  sur vos actions futures, sur ce qui doit être fait et dans quel timing. C’est un formidable outil pour garder constamment en tête ses objectifs et permettre ainsi de ne pas perdre le cap. Mais cette To Do List ne vous permet pas de ne pas faire d’autres choses supplémentaires. Vous allez me dire que faire des choses supplémentaires ce n’est pas forcément mal. Dans l’idée oui, mais faire des choses supplémentaire signifie y passer du temps, et potentiellement en perdre. Or on perd tous du temps, on a tous ses petites manies et il est bien souvent difficile d’y échapper. La Don’t Do List est donc là pour ça.

Le but de cette liste est de vous donner une vue sur ce que vous ne voulez pas. Vous y listez ce qui ne vous plait pas, ou ce que vous ne voulez pas mettre en place. Cela va vous aider à vous focaliser sur votre but.

L’élaboration de la Don’t Do list

Pour élaborer cette liste, posez-vous des questions sur votre façon de faire. Demandez-vous ce qui vous fais perdre du temps, ce qui vous distrait dans votre travail. Cela peut aller de faire un passage sur Facebook, à prendre de longues pauses, en passant par la définitions des moments de la journées où vous êtes le plus productif.

Je ne vous dis pas d’arréter tous les à côtés, bien au contraire. Il s’agit d’identifier les à côté qui vous prennent du temps, qui vous en font perdre et qui n’apporte pas de valeur. Faire une pause a un intérêt, et c’est même indispensable, mais il ne faut pas que vous puissiez culpabiliser de cette pause cela lui ferait perdre tout son intérêt.

Il s’agit aussi d’y lister ce qui fait que vous vous éparpillez. Vous avez tendance à vous lancer dans beaucoup de projets sans les terminer? Listez cela dans votre Don’t-Do List et focalisez vous uniquement sur les projets listés dans votre To-Do List.

Une fois que vous avez élaboré cette liste, il ne reste plus qu’à la suivre. Facile n’est-ce pas? Sauf que vous verrez qu’autant la TO DO list est assez simple à suivre dans le sens où les choses s’y retire au fur et à mesure, la Don’t-Do list est bien plus difficile à tenir. Vous ne pouvez pas retirer des points aussi facilement que sur votre To-Do List.

 

En conclusion, il s’agit ici d’un vrai travail sur sois-même. Identifier les points qui nous font perdre du temps est difficile et il faut une certaine honneteté intelectuelle. Cependant, vous vous en trouverez bien plus efficace et vous verrez que votre TO DO List ne s’en sentira que mieux! La Don’t-Do List est un outils très puissant, qui vous permettra d’atteindre plus facilement et rapidement vos objectifs en vous permettant de toujours rester focalisé sur ces derniers.

L’essayer c’est l’adopter!

 

A retenir:

- La don’t do list est aussi importante que la TO DO List

- Tâchez de vous y tenir, vous verrez son efficacité

- Listez les comportements parasites, ceux qui vous empêchent de vous concentrer

 

]]>
http://www.entrepriserentable.com/2012/11/21/pourquoi-ne-pas-juste-creer-une-to-do-list-mais-aussi-une-list/feed/ 2